Parachiot Mattot – Mass’e

 

Thème :

La Paracha précédente, nous a relaté la manière dont Pin’has à apaiser la colère de D.ieu, en rétablissant la sainteté du corps (lutte contre l’immoralité), et ce conclu par les commandements concernant les sacrifices, qui nous rapprochent de D.ieu (korbanot : même racine que karov)

La Paracha de Mattot, 42e Paracha de la Tora écrite, commence par les lois concernant les serments et les vœux (sainteté de la parole), ce qui nous enseigne que celui qui fait un vœu, à l’obligation d’accomplir sa promesse.

Au passage suivant, D.ieu ordonne à Moïse de « venger les Bné Israël des Midianim, qui les ont incités à immoralité et à l’idolâtrie » afin susciter Sa colère et ses conséquences, avant de rejoindre « ses pères ». Guerre contre Midiane, dirigée par Pin’has. Moïse qualifie cette guerre comme revanche de D.ieu. Pourquoi cette inversion dans le but de cette guerre, et pourquoi est-ce Pin’has qui la dirige ?

Colère de Moïse vis-à-vis de ses généraux, qui n’ont pas totalement détruit les Midianim, et qui ont ramené comme captifs femmes et enfants (ce sont les femmes qui ont incité à la faute). Les Bné Israël ont également rapporté de cette guerre des ustensiles. De ce fait, le grand prêtre Éléazar dû expliquer les lois de cachérisation de ces ustensiles, qu’il tenait de Moïse.

Étape suivante étend la conquête Erets Canaan, la tribu de Gad et celle de Réouven demandent à Moïse les territoires situés sur la rive est du Jourdain. Bien que réticent, Moïse accepte leur demande à la condition qu’ils participent au même titre que les autres tribus à la conquête du pays de Canaan. Les deux tribus et demie (plus la moitié de la tribu de Ménaché) aménagent la rive est du Jourdain en vue de s’y établir.

La Paracha Mass’e, à la veille de la conquête d’Erets Canaan, énumère les différentes étapes de la traversée du désert : depuis le départ de la ville de Ramsès, en Égypte, le 15 Nissan 2448, jusqu’à Avel Hachittim, dans les plaines de Moav, où 24 000 juifs périrent à la suite de la faute de ceux qui ont voué un culte à Peor, à l’issue des 40 années. Pourquoi cette énumération ?

D.ieu ordonne de chasser les nations vivant en Erets Canaan, et définit les limites du pays, ainsi que la mitsva de réserver des villes pour les Léviim (qui n’ont aucun territoire d’attribué), afin qu’elles servent de ville de refuge pour la protection des meurtriers par inadvertance. Ceci pour attirer l’attention sur la gravité du péché de meurtre.

Le livre de Bemidbar se conclu avec les lois et les commandements qui ne s’appliquent qu’en Erets Israël. Ceci doit servir de consolation à Moïse (qui avait tant souhaité entrer en Erets Israël), avant de se séparer du peuple, qu’il a dirigé et aimé durant tant d’années, du fait qu’elles seront appliquées et enseignées en son nom.

 

 

Commentaires :

Au fil de la lecture de ces différentes Parachiot nous pouvons constater l’importance accordée par la Tora à la « force de la parole ».

Comment comprendre la différence d’interprétation du but de la guerre contre Midiane : D.ieu considérant que c’est la vengeance des Bné Israël, alors que pour Moshé c’est la vengeance du Saint Béni soit-Il. Rachi nous donne un commentaire sur le verset 3 du chapitre 31 de Bemidbar (Paracha Mattot) relatif à « la vengeance de l’Eternel » : car celui qui se tient contre Israël est considéré comme s’il se tenait contre le Saint Béni soit-Il. Il n’est pas possible alors de ne pas penser à la situation actuelle des Bné Israël au milieu des nations, que cela soit au sujet de la volonté d’abolition des lois de la Tora (abattage des bêtes, circoncision, etc.…), ou de la position de l’ONU vis-à-vis d’Israël.

 Il y a une Paracha du livre de la genèse où il est relaté au chapitre 11 (Paracha Noa’h) la rébellion des hommes vis-à-vis de D.ieu : la tour de Babel et de ses conséquences. Le tableau ci-après faisant le parallèle entre la tour de Babel et l’ONU est très significative à ce propos.

Comment comprendre la composition de l’armée des Bné Israël, avec à sa tête Pin’has, qui devait combattre Midiane et non Moav qui avait cherché à détruire le hors peuple qui était sorti d’Égypte. Chacune des 12 tribus (y compris la tribu de Lévi) devait fournir 1000 hommes, tous des Tsadikim, érudit en Tora. Cela ne signifie-t-il pas que c’est l’ensemble du peuple, que Moav (qui avait peur des conséquences du passage des Bné Israël, à travers leur pays, après la défaite de Sihon et de Og) et Midiane (qui véritablement au fond de leur cœur cherchait à détruire le peuple de D.ieu, spirituellement, alors qu’il n’était pas concerné), cherchaient à atteindre. Rachi explique pourquoi il fallait que cela soit Pin’has et non Éléazar qui conduise cette armée : (Bemidbar 31,6) « le Saint béni soit-il dit : que celui qui a commencé d’accomplir le commandement puisqu’il avait tué la princesse Kozbi fille de Tsour (Bemidbar 25,6 – 8) qu’il le termine… ». Cela nous enseigne qu’une mitsva n’est valable que si elle est menée jusqu’à son terme.

Pourquoi la Tora rapporte-t-elle l’itinéraire des juifs dans le désert ? Le midrash nous donne certaines raisons :

            1 - Plus tard, d’autres générations pourraient affirmer que cela n’est qu’une fable antique. Comment croire qu’un peuple de plus d’un million d’âmes a pu survivre durant 40 ans dans le désert. (Cela ne serait-il pas du négationnisme ?)

            2 - Les étapes sont énumérées afin de démontrer la bonté de D.ieu. Il appliqua la sentence, de maintenir les Bné Israël dans le désert, durant 40 ans, avec miséricorde (nuées de protection, puits de Myriam, manne, etc.…)

            3 - la pérégrination des Bné Israël, en 42 étapes à travers le désert, était dictée par un plan spirituel défini. Le séjour des Bné Israël à certains endroits, était destiné à soigner leur maladies spirituelles et morales après l’exil en Égypte. D.ieu voulait purifier et éduquer cette génération afin que le haut niveau moral et spirituel, atteint par ses membres, puisse devenir un potentiel naturel chez leur descendance.

 

Parallèle entre la tour de Babel et l'ONU

Parallèle entre la tour de Babel et l'ONU

 

Rédigé par Mr Gerard Dadoun le 19 juillet 2017

 

LECTURE DE LA TORAH SELON LA COUTUME CONSTANTINOISE RÉALISÉE PAR RUBEN ZERBIB

 

Les autres recettes